Parcours d’Ancêtres – branche TERRIGEOL #1

L’idée de faire des cartes pour montrer le parcours de mes ancêtres est venu dès le début de mes recherches, voir en une image avec des flèches est plus parlant que d’expliquer avec du texte (un peu), l’histoire de mon arbre.

C’est un projet assez ambitieux, car le chemin d’un ancêtre ne ressemble pas à un autre, l’article sera un test qui j’espère sera une longue série, car je projette de faire le « Parcours d’Ancêtres » des 16 ancêtres de ma génération 5 puis de faire une carte géante de 400 ans de voyage de mon arbre généalogique ! C’est parti !

Le premier de mes 16 ancêtres s’appelle Léon Paul TERRIGEOL (1885- <1959), né le 4/12/1885 au lieu-dit « La Tenaille » à Saint-Sigismond-de-Clermont (17). Se marie avec Louise Marguerite SAINT-MARTIN (1885- 1959) à Boisredon (17) le 10/09/1904 et auront à ma connaissance 3 enfants, Etienne (1905-1995) , Maurice (1909-1986) et Léon (ca 1915-?).

Voilà mon point de départ, Boisredon, où plutôt le point d’arriver du parcours de ces ancêtres. Comment est-on arrivé là ?

Des ancêtres TERRIGEOL, j’ai pu le segmenter en 4 couleurs distinctes, qui représentent des familles dans un village où on vécut en grande partie ces derniers. Certaines branches, on peut bougé, d’autre saute d’un village par génération. J’espère qu’il vous plaira de suivre le chemin que les racines de mon arbre généalogique à fait.

Comme je l’ai dit, j’ai séparé cette branche par 4 couleurs, le père de Léon Paul, Jacques TERRIGEOL (1855- <1921) possède à lui seul 3 couleurs, des ancêtres qui viennent de plusieurs villages au alentour au fils des siècles. Et Rosalie CARREAU (1853- <1921) seulement une seul, car les grand-mères de Rosalie son sœurs donc il y a un implexe (ça facilite la tâche pour moi !).

Les ancêtres de L.P.TERRIGEOL avec son aide couleur.

Jacques avec ses frères nait à Saint-Ciers-sur-Gironde (33) au lieu dit « La Cahour » qui se trouve dans les marais, c’est leurs parents Jacques(2) et Rose, cultivateur de métier, qui arrive dans la ville en 1852. Les ancêtres de la mère de Jacques(2), Marguerite BOSSARD (1795-1836) sont ancré à Saint-Ciers au lieu dit « Le Pas d’Ozelle » depuis le milieu du 18e siècle, voir jusqu’au milieu 17e siècle habitant de l’autre côté de la ville avant les grands travaux de poldérisation du Duc de Saint-Simon (1675-1755).

La ligné agnatique de Jacques arrive à Saint-Ciers après 1781, mais son grand-père Jean Augustin TERRIGEOL (1756-1830) né à Pleine-Selve (33). D’une fratrie de 12 enfants, son père et son grand-père sont de gens important dans la commune au 18e siècle, le premier est bourgeois et le second sergent royal.

Du coté de Rose BELIS (1831-1878), elle et ses frères ont vécu pendant peu de temps à Saint-Ciers au milieu du 19e siècle. Sa mère Marguerite Catherine BOURDIN (1807-1874) et ces ancêtres sont de Semoussac (17) du plus lointain que je sais, du milieu du 18e siècle jusqu’à 1807, année de naissance de Marguerite Catherine.

Son père François BELIS (1805-1879) né à Saint-Thomas-de-Conac (17) d’une famille de cultivateur, il bougera au fils des mariages de son père Jacques BELIS (1770-1835) d’Agudelle (17) à Saint-Bonnet-sur-Gironde (17). Mais sa famille, du côté de sa grand-mère paternelle, Catherine PALISSIER (1731-1801) sont du village de Lorignac (17) depuis le milieu du 17e siècle jusqu’à la mort de cette dernière en 1801.

On peut aussi dire que la branche de Catherine va jusqu’à Plassac (17) de la première partie du 18e siècle jusqu’au milieu du 17e siècle.

Revenu un peu plus au présent, nous avons vu 3 couleurs, 3 familles du côté du père de Léon Paul TERRIGEOL. Maintenant regardons sa mère Rosalie CARREAU, née à Saint-Sigismond-de-Clermont en 1853. La famille CARREAU à des racines dans le village de Plassac dès le début du 18e siècle, la famille de Rosalie étant des journaliers, elle bouge entre ses deux villages tout le long du 19e siècle.

Carte du parcours des ancêtres de L.P. TERRIGEOL.

Du coté de ces deux grand-mères qui sont sœurs, Suzanne (1790-1876) et Jeanne VEZIN (1785-1850) leurs origines remonte de la fin du 17e siècle à Nieul-le-Virouil (17) et arrive à Saint-Sigismond entre 1745-1752.

En résumé : 4 branches familiales, dans une dizaine de villages et villes, les uns après les autres arriveront au 19e siècle à Saint-Thomas-de-Conac pour finir a mon SOSA 16, Léon Paul TERRIGEOL (1885-<1959). Merci d’avoir pris le temps de lire, j’espère que ce test ne sera pas trop indigeste et que tout est clair à suivre avec les schémas et textes. Espérant que les autres « Parcours d’Ancêtres » seront aussi faciles.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :